Téji Savanier, l'artiste du MHSC et de la Ligue 1 !

16/11/2021
Actualités

Un malabar dans la bouche, toujours le vert, le brassard de capitaine au bras gauche, la teinture blonde peroxydé, Téji Savanier a son propre look et son propre style. Le gamin du MHSC, qui a mis du temps avant de briller au sein de son club formateur, est aujourd’hui l’un des meilleurs joueurs de Ligue 1 et affiche un niveau stratosphérique depuis le lancement de la saison (3 buts, 4 passes en 11 matchs). À tel point qu’il postule haut et fort à l’équipe de France ! 

À Montpellier, dans son jardin de la Mosson, Téji Savanier régale son public semaine après semaine. Jeu long, jeu court, roulettes, passement de jambes, frappes de loins, crochets dévastateur, il n’y a pas grand chose que le numéro 11 du MHSC ne sait pas faire. Grâce à son immense palette technique, qu’il a travaillé dans les quartiers de la Cité Gély durant son enfance, le milieu de terrain s’est créé un nom dans l’Hexagone. Passé par Arles-Avignon et le National il y a quelques années, le Pailladin a franchi un cap pour la première fois avec le club rival de Montpellier, le Nîmes Olympique. Dans le Gard, à 30 minutes de chez lui, Savanier a écrit les premières grandes lignes de son parcours si atypique mais tellement savoureux. En Ligue 2 puis en Ligue 1, l’Héraultais pur souche a fait parler sa qualité de passe, de quoi lui offrir le titre de meilleur passeur du championnat en 2018-2019 (13 passes décisives) devant Angel Di Maria ou Nicolas Pépé.

Suite à cette saison exceptionnelle, celui qui n’a pas été retenu par le MHSC quand il était plus jeune a décidé de forcer le destin et de revenir dans son club de coeur, cette fois avec un autre statut. Recrue la plus chère de l’histoire de Montpellier, qui a déboursé 10 millions d’euros, Savanier a rapidement mis le public dans sa poche, à tel point d’hériter du brassard sur cette saison 2021-2022 avec le départ d’Andy Desort. Grâce à ses prestation avec les Orange-et-Bleu, il a aussi goûté à la sélection olympique, puisqu’il a disputé les JO avec la France l’été dernier. Une immense fierté et une première étape pour le joueur de 29 ans, qui ne s’interdit pas de rêver des A dans les prochains mois.  

Il faut dire que techniquement, Savanier n’a rien à envier à certains joueurs convoqués par Didier Deschamps comme Adrien Rabiot ou Jordan Veretout. S’il n’a pas d’expérience en Coupe d’Europe, ses qualités ont le mérite de porter son équipe dans la première partie de tableau. Il joue et fait briller les autres, à tel point qu’il permet à des joueurs comme Valère Germain de retrouver de la confiance. « Teji est assez exceptionnel, surtout à la maison. Il a tout pour lui : l’environnement, le poste de meneur, le brassard, la liberté d’expression dans tous les compartiments du jeu. Il a pris une dimension supplémentaire, il s’est senti investi d’une mission nouvelle » a salué l’historique de la Mosson, Michel Mezy. 

Loin d’être un personnage médiatique, un amoureux des médias ou cherchant à tout prix la lumière, Téji Savanier est devenu l’un des joueurs les plus appréciés par les suiveurs réguliers de la Ligue 1. À chaque match à la Mosson, ses gestes de grande classe font le tour des réseaux sociaux et il a réussi à attirer la lumière sur ses prestations et ses qualités. Le numéro 11 du MHSC ne cesse d’impressionner et son histoire fait de lui un joueur atypique, comme on aime tant avoir dans l’Hexagone. À lui de poursuivre sur ce rythme pour revêtir le maillot bleu, cette fois sous les ordres de Didier Deschamps.